Accueil > Boîtes à outils > Tutoriels > Le fichier hosts

Le fichier hosts

Le fichier HOSTS contient un tableau de correspondance entre des noms et des adresses IP.

Normalement, si un programme (fureteur, par exemple) cherche à accéder à une URL, votre ordinateur commencera par chercher l’adresse IP correspondant au nom de domaine utilisé. Toutefois, si le nom se trouve dans le fichier HOSTS, aucune requête DNS ne sera effectuée, et la valeur indiquée dans le fichier HOSTS sera utilisée. Cela permet de déclarer des noms de machines arbitraires pour votre usage privé et disponibles seulement sur votre propre machine.

Ce fichier peut par exemple contenir la correspondance entre localhost et 127.0.0.1. L’adresse IP 127.0.0.1 est une manière de faire référence à une machine depuis elle-même. Le nom ’localhost’ est plus pratique à saisir, et la ligne

127.0.0.1           localhost

fait que lorsqu’on cherche à accéder à une machine nommée ’localhost’, la machine sait qu’il s’agit de la machine portant l’IP 127.0.0.1 (et donc d’elle-même). Si vous voulez utiliser un nom français, vous pouvez ajouter la ligne suivante :

127.0.0.1           monordinateur

ce qui vous permettra, pour accéder à votre serveur web, de taper indifféremment http://localhost/, http://127.0.0.1/ ou http://monordinateur/.

Test d’un domaine pas encore actif

Vous disposez d’un nom de domaine (mondomaine.net) et vous souhaitez déplacer son hébergement vers Ouvaton. Vous avez demandé le démarrage de la gestion DNS pour le domaine, et vous avez créé un espace web. Toutefois, vous souhaitez tester que le site web fonctionne bien avant de déclarer la migration auprès de votre registrar (par exemple Gandi). C’est faisable, en ajoutant la ligne suivante à votre fichier HOSTS :

194.36.166.10       www.mondomaine.net
194.36.166.10       mondomaine.net

Ceci vous permettra donc d’éviter que votre ordinateur ne cherche l’IP correspondant à www.mondomaine.net, et d’utiliser celle du serveur web d’Ouvaton à la place. Vous verrez donc le site tel qu’il est hébergé sur Ouvaton à la place de celui hébergé chez votre ancien hébergeur. Quand vous êtes satisfait de l’état de votre site chez Ouvaton, vous pouvez lancer la migration.

N’oubliez pas, alors, de supprimer les deux lignes ci-dessus de votre fichier HOSTS : elles ne gêneront pas, dans un premier temps, mais elles ne sont pas non plus nécessaires, et peuvent par la suite créer des problèmes dans certaines conditions. [1]

Où le trouver ?

Ce fichier se trouve à l’emplacement suivant :

OS                  Emplacement
----------------------------------------------------
Linux               /etc/hosts
MacOS X             /etc/hosts
Windows 95, 98      c:\windows\

 [2]

Windows NT, 2000    c:\winnt\system32\drivers\etc\
Windows XP          c:\windows\system32\drivers\etc\

Comment tester ?

Pour savoir si ça fonctionne, vous pouvez donner un nom fantaisiste à un site existant. Par exemple, prenez le site de l’Assemblée Nationale (dont l’IP est 195.46.206.231), et donnez lui le nom monassemblee, en insérant la ligne suivante dans votre fichier HOSTS :

195.46.206.231      monassemblee

Maintenant, tapez dans votre fureteur http://monassemblee/. Si vous voyez le site de l’Assemblée Nationale, c’est que votre fichier HOSTS fonctionne correctement. Enlevez bien vite cette ligne pour ne pas risquer de le perdre si jamais il change d’adresse IP !

En savoir plus ?

Pour plus d’informations, voir cette explication plus complète.


Précédement publié sur Ouvatonlesamis.org par Raphaël, le 3 juin 2003.


[1Un changement de DNS met en général deux ou trois jours à se répandre. Certains fournisseurs d’accès configurent leur réseau de telle sorte que la modification peut parfois mettre plus d’une semaine à être répercutée. Il faut donc être patient. Bidouiller son fichier HOSTS permet simplement de tester et de travailler avant que le DNS ne soit répandu.

[2Si le fichier hosts n’existe pas par défaut, un fichier d’exemple HOSTS.SAM est présent, vous pourrez l’utiliser comme base de départ sans oublier de le renommer HOSTS sans extension.